Photographier la mort

le

Mieux vaut art que jamais

Photographier la mort… Une pratique qui peut choquer, fasciner, déranger. Pourtant, au XIXe siècle, elle connaît un certain succès, en dehors des photographies médico-légales et de celles de criminels. En effet, elle se manifeste également sous la forme de portraits post-mortem, qui sont tout simplement des photographies de personnes décédées, plus ou moins mises en scène pour l’occasion. Dans un registre plus loufoque, nous avons également la photographie spirite, qui fait apparaître des esprits, invisibles à l’oeil nu… NB : Pour les portraits post-mortem, je tiens à préciser que malgré le tri que j’ai effectué, des images pourraient heurter la sensibilité de certains (rien de gore, je vous rassure).

Introduction

Le portrait post-mortem apparaît dans la seconde moitié du XIXe siècle, en Angleterre, sous le règne de la reine Victoria. Rapidement, cette pratique s’étendra aux États-Unis et au reste de l’Europe. La photographie à ce moment là est en plein…

Voir l’article original 2 038 mots de plus

4 commentaires Ajouter un commentaire

    1. A JACOB dit :

      Oh non merci à toi 💜 ton blog est magnifique

      1. Ça me touche beaucoup, merci ! !

  1. fardoise07 dit :

    Intéressant ce retour sur une pratique qui peut choquer aujourd’hui, mais qui se conçoit. Nous avons trop peur de la mort pour accepter de poser avec elle.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s